Le Carnet et les Instants

Le livre de Bernard, Jean-Paul, Yosl, Zvi…  – Michel Torrekens

Pour son premier roman, Le livre de Joseph, Bernard Dan a trouvé un angle d’attaque original et intelligent. Son narrateur, Jean-Paul Rakover, trente-trois ans, se retrouve coincé à l’aéroport Frédéric Chopin de Varsovie, à la suite d’un séminaire où il s’est inscrit dans le cadre de sa profession de dentiste. Condamné à ce no man’s land et à ce hors temps, il profite de la magie des connections Wi-Fi pour partir sur les traces de ses ancêtres. Plus particulièrement, celles d’un certain Yosl Rakover. Ce nom ne vous dit rien ? Pourtant, si comme Jean-Paul Rakover, vous le tapez dans le moteur de recherche de Google, vous découvrirez qu’il est au centre d’un autre livre : Yosl Rakover parle à Dieu, Yosel Rakovers vendung tzu Got. Un ouvrage signé Zvi Kolitz et traduit en quantité de langues. Il reprend le témoignage d’un Juif disparu dans le ghetto de Varsovie et qui a eu le temps de consigner ses dernières minutes de lutte contre la barbarie nazie.

Surfant entre les pages de ce document étonnant et ses propres souvenirs, Jean-Paul Rakover se lance dans une quête identitaire, lui qui n’a jamais connu son père. Qui a été tenu dans l’ignorance de ses racines par sa mère, Maman-Régine, seule rescapée apparente de sa famille. Lisant ce qu’il est advenu à ce Yosl dans les dernières heures de sa vie, Jean-Paul Rakover s’imagine qu’il pourrait avoir été son grand-oncle. Se définit une destinée et une identité. Jean-Paul, J.-P., Juif polonais. Et athée : le comble pour quelqu’un qui porte le nom d’un pape, le nom du Saint-Père, lui qui n’en a pas eu. Et dont la première référence juive était le film Rabbi Jacob, avec l’inénarrable De Funès ! Le livre est superbement construit, avec une belle logique interne et plusieurs niveaux de lecture, tout en ne s’interdisant pas d’hardies digressions. La narration est soutenue par une écriture très efficace, bourrée de trouvailles sémantiques, teintées d’humour, en particulier quand Bernard Dan joue avec des associations d’idées que lui inspirent le métier de son personnage, la dentisterie, l’identité et la culture juives, la chrétienté et… celui dont on ne prononce pas le Nom.

Le livre pose d’autres questions essentielles, comme celle du bien et du mal, de la responsabilité, de la rédemption, de la révolte, de l’écriture, de la transmission et de la mémoire : «  C’est entendu, Yosl. D’accord, je briserai le silence. Le silence de la Croix-Rouge. Le silence du pape. Le silence des Nobel, des États qui ont planifié d’autres priorités, des populations complices, des populations inertes, des bras croisés et des bras ballants. De la civilisation. Je briserai le silence de l’humanité. Je rapporterai ton récit. Je témoignerai en notre nom. Chaque fois que Rakover sera appelé à la barre pour témoigner, c’est moi qui déposerai pour toi, encore et encore. Je serai ton porte-parole. À travers moi, tu seras un survivant – un revenant. »

Surtout, à travers cette quête identitaire, le narrateur et avec lui l’auteur mettent en perspective la question de l’identité juive. Ils ne cessent de s’interroger sur ce que signifie le fait d’être Juif. Avec, parmi d’autres, cette tentative de réponse : « Ce Yosl était devenu un modèle pour moi : l’incarnation de l’esprit combatif. Celui qui tout à la fois rêve de tuer les nazis et accepte sa propre mort en se l’appropriant de force –  le Juif de la fusion. La fusion du Juif traditionnel et du Juif moderne  – de la résignation et de la rébellion  : de l’acceptation active d’être lui-même. »

Michel Torrekens

Lien vers l’article en pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s